L'Affaire Cruze

 

Revenons quelques années en arrière. Une affaire avait fait grand bruit dans la France entière : près d'Aigues-Mortes, un troupeau de chevaux de Camargue de plusieurs dizaines d'animaux mouraient, des cadavres jonchaient le sol. Dans un parc fermé, ces chevaux s'étaient reproduits jusqu'à surpopulation et manque criant de nourriture : leur propriétaire, M. Cruze, pourtant loin d'être dans le besoin, avait décidé de les laisser se débrouiller, c'est à dire s'entre-tuer et mourir !! Plusieurs associations de protection animale avaient porté plainte contre lui. Accusé, il devait payer une amende mais les chevaux n'étaient pas saisis. Un grand nombre d'entre eux ont été vendus (comme ça, Cruze a même gagné de l'argent!) et il en a gardé 17.
Cinq ans après, ces 17 chevaux s'étant eux-mêmes reproduits jusqu'à former un troupeau de 65 chevaux environ, la situation est à nouveau catastrophique et des nouveaux cadavres découverts.
Nouvelle plainte à été déposée par C.H.E.V.A.L. et par la SPA et vendredi 25 octobre, le verdict tombe : Cruze, maintenant âgé de 80 ans, écope d'une amende de 3000€, 1500€ de dommages et intérêts pour C.H.E.V.A.L., idem pour la SPA, saisie des animaux et interdiction de posséder les animaux.
C'est une victoire et un soulagement, mais il faut maintenant s'occuper des chevaux. Un petit nombre sera euthanasié sur place, intransportables et souffrant trop. 30 seront accueillis par la SPA, et 30 environ par notre association. Il faudra castrer les mâles, faire beaucoup de soins et très bien nourrir ces animaux pour qu'ils retrouvent un état normal.

Comme l'explique l'article de presse, les chevaux ont été saisis, la SPA devant en accueillir la moitié et CHEVAL l'autre moitié soit environ 35 animaux.
Tout d'abord, Merci à tous ceux qui ont aidé au transport des chevaux : Valerie et Bibi nous ont prêté leurs camions, et, sur place, une quinzaine de personnes ont aidé au tri et à l'embarquement, à pied, à cheval ou en 4x4 un grand merci à tous !

 

À ce propos, nous avons reçu beaucoup d'appel concernant le reportage télé où les chevaux étaient embarqués dans les camions de façon sauvage et choquante. Il s'agissait en fait de la première partie du troupeau. Nous avons tout fait pour agir avec le plus possible de calme, sans grosse bousculade (nous aurons bientôt des photos) mais la télé n'était pas là ! Cependant, ces chevaux sont réellement sauvages, aussi ce transport restait difficile.

 

Enfin, après maintes péripéties, beaucoup de temps et d'énergies dépensés, la quarantaine de juments, poulains et mâles est arrivé au refuge. Ils sont accueillis pour sept d'entre eux en box (mâles castrés et poulains sous soins), les autres en parc en bois (puisqu'ils ne connaissent pas les clôtures électriques). Les poulains seront petit à petit sortis du groupe pour être soignés, socialisés avant de pouvoir être proposés à l'adoption. Mais ces soins ne sont pas faciles et même dangereux dans les premiers temps. Trois ont déjà été adoptés, après signalement vétérinaire, comme le demande la législation. Bon vent à eux !

 

À Aigues-Mortes, il ne reste que trois chevaux, les plus difficiles à manipuler, la pluie empêche pour le moment d'aller les chercher (trop de boue pour les camions). Enfin, il faut parler des frais engagés pour sauver ce troupeau : tout d'abord, en raison du délai à respecter entre la décision de justice et la saisie effective des chevaux, il a fallu les nourrir pendant quinze jours avec environ 800 kilos de foin par jour, si nous ne voulions pas trouver de nouveaux cadavres ! Maintenant, il faut les faire castrer (200 euros par castration), les vermifuger, les nourrir abondamment.

 

Des frais énormes que ni les 1500 euros de dommages et intérêts ni la participation financière des adoptants ne couvriront. Tous ces frais mettent une fois de plus l'association en péril, la situation financière est plus que difficile et encore une fois, il faut faire appel à la générosité de tous ceux que cette histoire a touchés pour nous aider à continuer notre oeuvre auprès des chevaux.