Accueil L'Association Les nouvelles Les bulletins Nos pensionnaires Adoptions Bénévolat Nous aider Contacts

LES NOUVELLES, ANNEE 2003

 

11 mars 2003:


Encore un procès gagné!
Jeudi 20 février, est passée devant le tribunal d'Ales l'affaire CHEVAL et SPA contre Tésauri, suite au dépôt de plainte après la triste aventure de Mascotte (voir nouvelles d'octobre). Et le procès a été gagné par les protecteurs des animaux ! M.Tésauri est interdit de posséder des animaux et amendes et dommages et intérêts ont été augmentés. Il faut préciser qu'il n'a rien payé des dommages et intérêts précédents procès, alors nous ne comptons pas sur ceux-là pour renflouer nos piteuses finances. Par contre, nous sommes dans l'attente de la décision du parquet quant aux chevaux, et si la saisie est prononcée, le troupeau sera partagé avec la SPA. Quelques pensionnaires de plus ...

 

16 mars 2003:


Encore une bien triste affaire, à quelques dizaines de kilomètres du refuge (Manduel). Paula raconte cette histoire. Les images sont choquantes, mais nous les avons laissées pour que vous puissiez juger de l'ampleur de la cruauté ...

Appelée,le dimanche 5 janvier, sur mon téléphone portable alors que je conduisais 2 chevaux chez leurs nouveaux adoptants à Lambesc, j’apprends qu’ une jument dans un état catastrophique, agonise en plein froid, couchée sur le sol gelé sans nourriture et sans soin.
Etant en route pour Lambesc et tractant le van, je ne pouvais me rendre au chevet de la pauvre jument, mais promets de le faire sur le chemin du retour.
Ayant déposé Prince et Justin dans leur famille d’accueil (un placement de rêve !), nous décidons, mon mari et moi, de faire le détour par Manduel pour cette enquête urgente. Il est déjà tard, et j’essaie d’aller le plus vite possible.
Nous arrivons enfin sur place et le spectacle est d’une grande tristesse ! La jument qui gît sur le sol se met à hennir dès qu’elle me voit, du hennissement plaintif que je connais bien.

Bien que la nuit soit en train de tomber, je me rends compte, en soulevant la bâche qui la recouvre, qu’elle est atteinte d’un très énorme mélanome au niveau de l’anus, si important, que même la queue en était atteinte et j’avoue que je n’avais jamais vu ça de ma vie. Son corps n’était qu’un squelette recouvert de peau, complètement raidi par le froid. Elle était entourée de plusieurs chevaux, mais aucune personne à son chevet, pas d’eau, rien à manger.

De mon portable, j’appelle un vétérinaire, mais je n’ai pas grand espoir, vu son état, j’imagine que la jument ne se lèvera plus. En attendant, je discute avec le voisin qui m’explique que le petit poulain qui reste à côté de la jument est son fils. Je suis de plus en plus outrée ! Quel est l’ignoble individu qui a pu faire porter un animal dans un tel état ? Je n’en crois pas mes yeux !
Il me reste un peu de très bon foin dans le van, je l’apporte à la malheureuse qui me l’arrache quasiment des mains, visiblement elle est vraiment affamée ! Pendant 2 heures, je la frictionne de toutes mes forces pour la réchauffer et elle n’arrête pas de manger.
Lorsque le vétérinaire arrive, il ne peut que constater le désastre et la seule issue est l’euthanasie. Elle mourra dans mes bras quelques minutes après, mais pour moi, je ne regrette nullement de m’être déplacée, car ses souffrances auraient pu encore durer longtemps, le cœur ne lâchant pas si facilement. Je suis rentrée le cœur bien gros, mais soulagée de la savoir au paradis des chevaux.
C’est bien sûr moi qui ai payé la facture de 120 euros, mais ça n’est pas le plus grave ! J’ai de la peine pour ce poulinou qui a vu sa maman souffrir et mourir, heureusement que les chevaux n’ont pas la même façon que nous de ressentir les drames. Le propriétaire est alcoolique et vit du R.M.I. Je dépose plainte.

16 mars 2003:


Encore un propriétaire négligent... les pieds de ces ânesses poussent, il ne fait pas venir le maréchal, toutes les articulations des membres ont souffert. Les ânesses garderont des séquelles irréversibles. L'enquête est en cours.

 

24 mars 2003:


Dans un village voisin, un cheval entier, blessé dans des barbelés au mois d'octobre 2002, se retrouve dans un parc minuscule. La blessure n'est pas soignée, et il ne peut plus prendre appui sur son pied. L'opération est necessaire, mais le cheval risque de rester boiteux quand même... encore une autre enquête en cours.

 

Avril 2003


Les juments de l'affaire Cruse arrivés gestantes au Refuge ont mis bas il y a quelques jours ! Tout d'abord Pyram le 9 avril, puis Petchao (qui signifie "calme" en indien) le 16 avril, et Pilgrim le 28.
Fleur de sel, la mère de ce dernier a même fait la "fleur" à Paula de mettre bas sous ses yeux, ce qui est extrèmement rare!
Ces poulains pourront être adoptés (et non vendus) aussitôt qu'ils seront sevrés et qu'ils auront bien grandi.
Nous tenons bien à préciser que cela n'est pas de l'élevage, les juments ayant été reçues gestantes au Refuge ...

 

Juin 2003


Et voilà le programme! Le programme du festival country qui se déroulera le week-end du 14 et 15 juin. Beaucoup de musique et d'activités, promenade, tir à l'arc, et les indispensables buvettes! Cliquez sur l'image à côté pour le programme complet.


Est-il utile de préciser qu'on vous y attend nombreux ?

 

Juillet 2003


Courant Juillet, le Refuge a reçu la visite de M. Blanc, directeur de la DSV (direction des services vétérinaires) du Gard. En effet, la DSV avait reçu un appel téléphonique de la part d'autres grandes associations de protection animale annonçant que les animaux de notre Refuge manquaient de nourriture ! Il est vrai que nos finances ne sont pas brillantes, mais c'est justement parce que nos animaux sont très bien soignés!
Après sa visite, M. Blanc nous a permis de publier son rapport quant à l'état des animaux qu'il a trouvé très satisfaisant.
Cliquez sur le rapport et prenez le temps de le lire...

 

Juillet 2003


Et quelques jours plus tard, nouvelle visite surprise, celle de M. Guignot, président de la célèbre oeuvre de protection du cheval de Pech-Petit, dans le Lot.
C'est la première fois que ce monsieur nous rendait visite, et ces derniers mots ont été: "je pars enchanté"

Juillet 2003


Voici les dernières photos de nos jeunes poulains du mois d'avril (CF affaire Cruse), Pyram, Petchao et Pilgrim. Ils sont en pleine forme et tout se passe bien.

 

9 août 2003


Un petit cheval haflinger de 25 ans est en danger. Son propriètaire veut absolument s'en "débarrasser" et il est facile de deviner l'issue. Il est en parfaite santé, peut être encore un peu monté, il est parfaitement attelé et plein d'amour à donner. D'un naturel calme et doux, il ferait la joie d'une famille d'accueil avec des enfants, sous contrat d'adoption de l'association (voir la page adoption). Il serait préférable que cette famille se trouve dans nos environs, car les transports ne sont pas faciles par cette chaleur et coûtent très cher. Merci pour lui.


Quelques jours plus tard...Ce gentil poney est arrivé au refuge et il attend toujours sa famille adoptive! Il est vraiment très sympa et rond comme une bille.

 

29 août 2003


Des nouvelles du Cheval pie : Voici enfin des nouvelles d'une affaire qui dure depuis mars 2003 pour nous, et bien avant pour ce pauvre cheval. Blessé par des barbelés, la plaie n'a toujours pas cicatrisé depuis bientôt un an et pourtant, d'après son propriétaire, le cheval est suivi par un vétérinaire. Le soigner necessite une opération que le dit propriétaire ne peut pas financer. Dans ces circonstances, l'association ne pouvait plus faire grand chose, si ce n'est signaler le cas à la DSV (Direction des Services Vétérinaires), et là peut-être qu'enfin les choses vont avancer, le directeur de la DSV essayant d'obtenir une intervention chirurgicale gratuite à l'école vétérinaire de Lyon. Cela pourrait sauver la jambe du cheval mais ce n'est pas encore fait, et nous resterons vigilants...

 

1 Octobre 2003:


Dimanche 28 Septembre, journée nationale du Cheval, nous avons, comme à notre habitude, organisé une journée portes-ouvertes au Refuge. Malheureusement, la chance n’était pas de notre côté et nous n’avons eu que 2 heures sans pluie, 2 heures pendant lesquelles quelques courageux sont venus nous rendre visite, malgré la boue et le risque confirmé de voir revenir la pluie.
Merci donc à tous ces courageux visiteurs, ils nous ont un peu remonté le moral.
Merci au groupe « Freeway » qui n’a pas renoncé à jouer malgré des conditions désastreuses, le deuxième spectacle ayant dû être annulé.
Côté finances, vous comprenez bien que dans ces conditions, ce n’est pas formidable, pour ne pas dire un fiasco ! Qu’il est difficile de ne pas se décourager…
Enfin, il ne nous reste plus qu’à vous donner rendez-vous pour la prochaine « porte-ouverte », en Mai 2004 certainement.

 

1 Octobre 2003:


Une histoire qui finit bien pour Mascotte (voir nouvelles 14 et 19 octobre 2002)
Après avoir reçu de nombreux soins, Mascotte se porte maintenant à merveille, elle ne garde pas de séquelles de son accident. Elle a pu être débourrée ( 1er dressage ) et vient d’être adoptée par une famille qu’elle va bientôt rejoindre. Nous espérons qu’elle y sera heureuse et qu’elle apportera beaucoup de joie !

1 Octobre 2003:


Une nouvelle pensionnaire a rejoint le Refuge depuis quelques semaines. Elle y est arrivée dans un état alarmant ( les services vétérinaires du Vaucluse pensaient pour elle à l’euthanasie ). Atteinte depuis plus d’un an d’une fourbure des 2 pieds antérieurs ( maladie très grave chez le cheval ), elle n’était pas soignée, ne pouvait quasiment plus se déplacer donc elle ne pouvait ni boire ni manger. Squelettique, son « bourreau » voulait pourtant la faire pouliner car elle a de grandes origines de cheval de sport (de race Selle Français ).
Aujourd’hui, elle va mieux mais on ne peut pas la considérer sauvée et son ancien propriétaire est derrière les barreaux. Voilà son histoire :

C’est François, de l’association Ultimathera qui a le 1er croisé le chemin de Fatale des Landes.
Elle était couchée dans un parc, ne pouvant se relever qu’avec grande difficulté donc ne pouvant ni manger ni boire correctement, extrêmement maigre, les 2 sabots antérieurs déformés, coulant le pus et il en émanait une odeur nauséabonde. J’ai oublié de signaler que Fatale était « hébergée » sur un somptueux domaine du Vaucluse proposant des chambres à 100 euros la nuit ! ! ! Son propriétaire d’alors, qui n’était pas propriétaire des lieux, disait vouloir la soigner mais n’en avait pas eu le temps, et patati et patata…

Après tentative d’Ultimathera pour aider à soigner la jument, et alors que le proprio n’a pas fait le moindre effort ni tenu parole, c’est devant la DSV ( Direction des Services Vétérinaires ) du Vaucluse que le dossier a été porté. Il fallait agir très vite car le sort de Fatale était d’être embarquée ( alors qu’elle ne tenait plus debout ! ! !) pour la Bretagne où une vie de poulinière l’attendait ( on croit rêver ou plutôt cauchemarder ! ! !). Il faut dire que Fatale des Landes est la fille d’un grand étalon de sport Selle Français et que nombre de ses fils et filles sont de très bons chevaux de saut d’obstacle. Revenons-en à la visite de la DSV, qui, devant l’état catastrophique de la jument proposait l’euthanasie.

 

C’est alors que Paula est intervenue à la demande de François et avec accord des DSV du Gard et du Vaucluse pour emmener légalement Fatale au Refuge et tenter de la soigner. Encore aujourd’hui nous devons dire « tenter » car, même si Fatale va mieux, a un moral en béton, se lève pour manger son foin et avaler tous ses compléments nutritionnels, supporte tous les soins, elle n’est pas encore sauvée. Et pourtant, ce n’est pas faute de mettre les bouchées doubles : 3 maréchaux et un vétérinaire équin ont passé une matinée entière sur ses pieds antérieurs malades, au passage, merci à eux pour leur compétence et leur disponibilité !

Quant à son ex-proprio, il ne se contentait pas de laisser mourir à petit feu sa jument, et a été pris en excès de vitesse à Avignon. Les autorités se sont alors rendus compte que sa voiture, dont il n’avait pas les papiers, portait une fausse immatriculation, que les papiers de chevaux qu’il présentait pour endormir les soupçons en se faisant passer pour un grand cavalier (mytho avec ça ! !) avaient été volés dans un centre équestre de la région et qu’il était recherché pour le même genre de faits par une brigade de l’Ouest de la France. Avec tout cela, il n’a pas pu repartir…

Certains, habitant le Vaucluse, auront peut-être reconnu cette histoire, car le mythomane ex-proprio de Fatale a fait l’objet de plusieurs articles dans le journal « la Provence ». De notre côté, nous aurions aimé reconstituer l’histoire de Fatale des Landes. Comment cette jument de 9 ans de grande origine, née dans l’Ouest de le France, ayant participé pendant la saison 1999/2000 a plusieurs concours de saut d’obstacle a-t-elle pu se retrouver en 2002/2003 dans le Sud, malade, chez un marchand peu recommandable qui l’a vendue à un délinquant recherché et qui l’a laissée sans soins ?

10 Décembre 2003:


Notre "meute" s'est agrandie de 3 sympathiques toutous... à adopter !
Il y a Charly, mâle noir et feu croisé collie, plein de vie et ne pouvant se passer de compagnie, Rocky, chien de type chasse de taille moyenne, très craintif, qui demande beaucoup de patience et d'attention, et puis un petit bébé qui deviendra plutôt grand, abandonné avec ses frères et soeurs en rase campagne.... Alors, si vous n'habitez pas trop loin et vous sentez prêts à accueillir l'un d'eux, venez leur rendre une petite visite !

 

Décembre 2003:


C'est en gardant un espoir anormalement optimiste que je me risque à vous faire parrainer l'adorable GARRY arrivé le 21 novembre 2003. C'est-à-dire très récemment. Il a été saisi ce jour là par la DSV (Direction des Services Vétérinaires) du Vaucluse qui a eu la bonne idée de me le proposer avant de l'euthanasier si je le refusai. Malgré sa grande gentillsesse, Garry a été presque abondonné par un propriétaire irresponsable. Totalement dénutri, atteint d'une infection devenue chronique lui provoquant une très grave lymphangite qui lui a attaqué profondément les antérieurs.
Les soins sont très lourds au niveau des jambes et il a subi une intervention chirurgicale, ayant aussi une tumeur sur la verge qui l'empêchait d'uriner normalement. Malgré une souffrance évidente, sa patience et sa gentillesse ne cessent de m'étonner.
N'ayant pas la force de se lever tout seul, je reste chaque nuit à son chevet et le lève au palan si nécessaire. Sinon, il panique et se blesse durant ses essais infructueux pour se lever. j'ose espérer que d'ici quelque sjours, il pourra se mettre debout tout seul et les soins intensifs et la bonne nourriture feront le reste ( et beaucoup d'amour aussi!).
Malgré un diagnostic réservé sur sa survie, je reste, pour ma part, très optimiste.