CHOCO

Choco nous a quitté le 1er juin 2017, il avait plus de 35 ans...

 

L'histoire de CHOCO commence début avril 2012. De nombreuses personnes m'avaient signalé des chevaux dans un état "moyen" à la commune de Junas (environ 60 km du refuge). Je décide donc d'y jeté un oeil ! Après avoir marché une quinzaine de minutes dans la garrigue, je suis arrivée devant un enclos où étaient parqué 4 chevaux, 3 gris de type camarguais et un alezan de type halfinger.

Immédiatement, mon regard s'est attardé sur le cheval alezan en grande misère physiologique, maigre jusqu'à la cachexie, le cheval se déplace avec grande difficulté.

 

TRISTE ETAT DE CHOCO, la première fois que nous le voyons...

Pauvre petit loup...

 

Son antérieur gauche avec un énorme genou est complètement déformé ne permettant que peu d'appui. Son postérieur gauche présente aussi une grosse déformation et, en regardant de plus près on distingue que le fémur sort de la cavité de la hanche lorsqu'il se déplace, spectacle insupportable !

Ce gentil cheval, en demande d'affection est venu, comme il a pu, vers nous et au même instant s'est fait chassé violemment par deux autres en meilleure santé. Ils l'ont bousculé, mordu à plusieurs reprises et le pauvre animal a été poussé contre le grillage sans aucun ménagement.
Il m'a été facile de comprendre que les deux dominants lui menaient la vie dure et que, aux rares moments de nourrissage il n'avait aucune possibilité de s'alimenter, étant constamment repoussé et malmené par les deux autres.

Je ne comprends pas du tout l'intérêt d'avoir un cheval dans un tel état que l'on laisse sur un terrain sans aucun soin, dans une souffrance palpable, mourant à petit feu. Je doute fort qu'il soit suivi par un cabinet vétérinaire et qu'une nourriture appropriée lui soit apportée. Ce cheval va mourir dans peu de temps et dans des conditions inacceptables, il est absolument au bout et sa vie ne tient qu'à un fil. Ensuite, son propriétaire l'enterrera, sans avoir recours à l'équarrisseur et, ni vu ni connu, plus personne ne parlera du cheval !

Il m’était insupportable de savoir ce malheureux cheval vivre dans ces conditions une minute de plus !

J'estimais qu'il était indispensable d'intervenir au plus vite ; il ne survivra plus longtemps. Il faut le sortir d'urgence de l'enfer dans lequel il vit depuis déjà beaucoup trop longtemps et je me propose de le prendre en charge, au refuge, pour le soigner et le nourrir correctement pour lui faire profiter d'un peu de douceur pendant les quelques mois, ou nous l'espérons les quelques années, qui lui restent à vivre.

J’ai immédiatement pris contact avec le maire de Junas, qui m’a assurée que j’avais son soutien et qu’il ferait le nécessaire pour une action rapide et déterminante, favorable au sauvetage du cheval. La préfecture elle-même a apputé ma demande et les gendarmes ont aussi été nos partenaires dans l'enlèvement du cheval.

Chose promise, chose due (et je remercie d'ailleurs M. le Maire pour son implication et sa rapidité), et le jeudi 12 avril ce fut la délivrance ; CHOCO est enfin sorti de son enfer et arrive au refuge en fin d'après-midi. Il a merveilleusement voyagé, passant son temps à manger le foin dans le filet, il a été incroyablement sage et n'a même pas henni lorsqu'il a quitté ses congénères.

Choco enfin au refuge ! Squelletique et souffrant d'une très grave déformation du genou, notre pauvre garçon est mal en point... Le poil d'hiver qu'il porte encore au mois d'avril est un signe évident de son mal-être.

 

Il nous faut préciser que l'âge avancé de CHOCO (environ 30 ans) n'est en rien une excuse ou une explication à son état. Un cheval peut sans aucun problème atteindre cet âge, et plus encore, tout en restant rond, s'il reçoit une nourriture adaptée et les soins dont il a besoin.

Photos prises le lendemain de son arrivée au refuge.

 

Après seulement un mois au refuge, Choco est déjà transformé ! Malgré ses jambes déformés, il se déplace plutôt bien et sans souffrance, il a le moral au plus haut et nous avons tous craqué pour lui tellement il est doux et gentil ! Nous le laissons chaque jour libre dans le refuge pour qu'il profite de l'herbe riche du printemps. A l'heure de la distribution de nourriture, il rentre tout seul dans son box et attend ! Il aime qu'on s'occupe de lui, qu'on le brosse et le câline pendant des heures ! Nous voulons lui offrir la vie la plus confortable possible, ce qu'il n'a jamais connu jusque-là !

 

Choco a déjà repris de belles rondeurs, sa robe brille, il est magnifique ! Pour lui, c'est une nouvelle vie, un bonheur qu'il n'avait jamais connu !

 

Nous sommes en septembre 2013, voilà plus d'un an que Choco vit avec nous, et autant dire que ce n'est plus le même cheval ! Rond comme une bille, un appétit d'enfer, le moral au plus haut... Bref, il fait plaisir à voir ! S'il reste un cheval adorable, très câlin et toujours coopératif pour les soins ou les manipulations (maréchalerie, vermifuge...etc), il a quand même pris un peu de caractère, ce qui n'enlève rien à son charme ! Il est toujours le premier à réclamer sa ration de nourriture, qu'il dévore avec énergie ! Comme c'est agréable de le voir ainsi !

Par contre, finie la liberté dont il bénéficiait à son arrivée au refuge ! En effet, notre garçon avait prit un peu trop ses aises et l'herbe ne lui suffisait plus... Les fleurs de Paula ont souffert de sa gourmandise ! Vilain Choco !

Désormais, il vit au quotidien avec TOSCA, une adorable ponette de 25 ans lourdement handicapée (hanche cassée). Nos deux estropiés s'entendent à merveille ! Chaque soir, chacun rentre dans son box, et chaque jour, ils profitent ensemble d'un parc bien plat qui convient à leurs handicaps ! La vie est douce pour eux, après tant de souffrances...

 

Notre CHOCO est magnifique !!!

 

L'arthrose qui lui déforme à ce point le genou semble s'aggraver doucement avec le temps. Son autre antérieur se déforme à cause des mauvais appuis que prend Choco pour se soulager. Néanmoins il ne semble pas en souffrir plus que ça, il se déplace très bien et se montre très agile ! Pour les journées les plus difficiles, nous lui donnons des anti-inflammatoires, et c'est reparti de plus belle pour Choco !

Nous souhaitons pouvoir garder Choco encore de belles années avec nous ; s'il continue comme ça tout devrait bien aller pour lui ! Nous sommes néanmoins conscient qu'à environ 32 ans, et avec son handicap, l'avenir de Choco ne sera peut-être pas si rose... Mais pour le moment, nous n'y pensons pas, et nous lui offrirons la vie la plus confortable possible, le plus longtemps possible ! Nous t'aimons beaucoup, mon brave garçon !