Etoile & Ouragan

 

 

 

Début mai 2011, une personne m'informe que deux horribles photos circulaient sur le net, mettant en lumière deux poneys paraissant dans un état d'abandon inquiétant et présentant des pieds avec des sabots en babouche comme on n'en a pas vu souvent !

La tête en bas, les yeux tristes à demi clos, les deux petits semblaient résignés.

Leur souffrance est plus qu'évidente.

Le poney bai (au premier plan) s'appelle Ouragan. Il a environ 5 ans.

Au second plan, la ponette noire, c'est Etoile, sa maman ! Elle a une petite dizaine d'années.

L'un comme l'autre n'ont sans doute jamais vu un mérachal de leur vie !

 

Après avoir eu des renseignements sur le lieu où ils étaient détenus, quelques coups de fil après, je réussi à avoir les coordonnées de la mairie et celles du propriétaire. Il ne m'a pas fallu très longtemps pour me rendre compte que « la bonne volonté du maire et son amour pour les animaux » manquaient un peu de sincérité et, lorsque j'ai appris la disparition des deux pauvrets de leur enclos, j'ai compris qu'il y avait anguille sous roche et que le propriétaire avait été averti.
Il faut préciser que 30 Millions d'Amis et La Ligue de Protection du Cheval avaient été mis au courant et que les services vétérinaires étaient avertis, malgré tout, les choses stagnaient et j'apprenais soudain qu'il fallait attendre le 8 juin pour pouvoir intervenir, la technicienne étant en congé !
Pour ma part, j'ai du mal à dormir, et je crois que je ne suis pas seule et pour finir, le vendredi 20 mai au soir, je décide d'appeler le propriétaire pour lui proposer un deal, il me laisse prendre les poneys et j'abandonne les poursuites judiciaires ! Je sais, ça a beaucoup déplu, mais la souffrance des deux petits, leur disparition du devant de la scène, l'absence totale d'information et la mauvaise volonté du maire qui nous mène en bateau, il n'en fallait pas plus pour que je prenne le taureau par les cornes !
Désireux de se débarasser du "problème", le propriétaire finit par accepter et, comme promis, je ne déposerai pas la plainte qui était déjà prête sur mon ordinateur ! Quand il m'a dit qu'il avait commandé « le pareur » pour les pieds, je me suis empressée de lui dire de le décommander, au vu des dégâts, il fallait procéder avec grand soin et des précautions particulières.
Le lundi matin, 23 mai, nous partions, Mady et moi, pour une véritable épopée sans savoir vraiment ce qui nous attendait, et le voyage fut épique !
En plus de l'angoisse qui nous étreignait et la grosse chaleur, je me rends compte, d'un coup que l'aiguille de l'eau à mon compteur est tout à fait sur le rouge ! Au secours ! Nous sommes pas encore à Montélimar et je sens que je vais laisser le moteur de mon pick-up sur la route, mais pas question d'abandonner tant que les petits ne sont pas dans le van !
La suite serait trop longue à vous raconter, les arrêts fréquents pour refroidir le moteur, la peur de tout casser, mais encore plus fort, la volonté d'arriver et de charger nos protégés. Le voyage a duré plus de onze heures !
Nous sommes enfin arrivées près du but, la voiture brûlante, le coeur battant et Patrice, notre informateur, nous attendait. Quelques kilomètres nous séparait de la ferme et j'avais grande hâte d'arriver à destination.
Nous avons été reçu par le propriétaire qui, bien sûr n'était pas très aimable et qui a commencé à me demander un mandat ou autre papier officiel que je n'avais pas puisque je me déplaçais au nom de l'association dont je suis présidente. D'un seul coup, nous avons vu le moment où nous repartions sans les poneys. Alors, j'ai décidé de ne pas répondre et laisser dire, que les poneys étaient en bon état, que ceux qu'on avait n'étaient pas aussi beaux et qu'ils manquaient juste un peu de parage, qu'ils étaient bien traités et qu'il veillerait à ce que je m'en occupe correctement, enfin. . . . etc.....
J'ai du reculer le van jusqu'à l'entrée d'une espèce de petite d'étable où étaient remisés les petits, couverts de mouches sur une couche de fumier, je ne vais pas m'éterniser sur les détails, mais quand ils sont sortis, se déplaçant avec grande difficulté, je me suis dit que jamais, ô grand jamais, ils ne monteraient dans le van et là, ils m'ont fait mentir tous les deux ! Quand ils ont vu l'épaisse litière bien propre, le van sans mouche, ils ont carrément sauté, l'un après l'autre, en quelques secondes, ouf !

Ouragan enfin dans le van, une litière confortable sous les pieds, et du bon foin.

En route pour un avenir meilleur !

 

Nous n'avons pas demandé notre reste et sommes partis illico presto, trop heureux de pouvoir sortir nos protégés de cet endroit et de savoir qu'ils allaient être en lieu sûr. Pour le voyage de retour, il faudra faire court pour ne pas vous lasser. De multiples arrêts, la clim' en panne car le moteur brûlant, la peur qu'ils tombent avec leurs pieds à bascule et l'angoisse de laisser le moteur sur la route  ! J'avais tout de même pu joindre mon mari qui m'avait rassurée en me disant qu'il viendrait nous chercher où que nous soyons et qu'il suffirait d'atteler le van à sa voiture pour rentrer ! Tout simple, n'est-ce pas ?
Vers 21h 30, nous passions le portail du refuge avec un soulagement indescriptible ! Tous nous attendaient !
Nos petits bouts sont descendus sans trop mal, nous les avons installés dans leur box particulièrement garni et nous les avons senti apaisés ! Pauvres petits loups, ils n'étaient pas au bout de leurs peine, avant le bonheur, il faudrait encore souffrir beaucoup et réapprendre à marcher par la suite ! D'ailleurs, dès le lendemain notre véto était là et la séance radio était déjà un supplice, il a fallu injecter de la xilocaïne (anesthésiant) dans les tendons, sinon ça n'aurait pas pu être possible !

C'est le petit Ouragan le plus atteint et le plus douloureux, ses jambes étant cagneuses, la déformation est particulièrement dramatique, la boite cornée s'est refermée, les boulets sont déformés et les phalanges ont basculé suite à une fourbure devenue chronique.
Pour Etoile, la fourbure est la même, les phalanges aussi mais la déformation des boulets et de la boite cornée est bien moins grave.

 

Le jeudi, nous avions la visite du dentiste équin et, ayant remarqué une petite gène dans la façon de mastiquer d'Ouragan, nous décidons de les montrer tous les deux. Bien nous en a pris, d'énormes sur-dents lui entamaient les joues et l'empêchait de mastiquer correctement.

Une petite séance a suffit à lui remettre la bouche d'aplomb, c'est un début en attendant les pieds.

Il a très bien accepté, sentant l'amélioration par lui-même, il venait s'appuyer sur la râpe sans qu'on l'y oblige !

 

Le vendredi, les maréchaux ferrant étaient au rendez-vous, les petits étaient sous anti-inflammatoire puissant depuis le matin 10 heures, en plus, petit tranquillisant pour Ouragan dont on n'aurait jamais pu toucher les pieds sans cela, trop mal le garçon !
Pour Etoile, le parrage, bien que très long, par paliers, s'est relativement bien passé. Certes elle a eu quelques moments de souffrance, mais j'étais à côté avec le distributeur automatique de carottes et ça lui occupait bien la tête.

Les pieds d'Etoile ressemblent enfin à des sabots normaux. Il lui faudra désormais réapprendre à marcher.

Ce sera long et douloureux, mais nous avons bon espoir qu'elle se remette bien.

 

C'est Ouragan qui a eu très mal et qui malgré un bon shoot, avait beaucoup de mal à donner un pied, l'appui sur le deuxième étant infernal ! Nous avions tous mal pour lui, mais on était obligé de tout enlever ou rien, le juste milieu n'étant pas possible au vu de la déformation.

 

Dans notre malheur, nous avons eu la chance que les sabots en babouches ne soient pas irrigués, j'ai eu ce cas souvent et les pansements sont alors de rigueur et on a du mal à voir le bout du tunnel !
Toujours est-il qu'au bout de plus de deux heures de travail à deux maréchaux, nos poneys avaient repris « forme équine », ils n'étaient plus les petits chevaux à bascule arrivés le lundi !

Depuis, Etoile va plutôt pas mal, elle se déplace bien dans son box et ses tendons sont moyennement engorgés, j'ai bon espoir qu'elle se remette sans avoir besoin de fers orthopédiques.

Pour Ouragan, c'est différent, il est en souffrance et, malgré le traitement, reste beaucoup couché. Ses jambes et ses pieds sont déformés et l'appui est pour lui infernal pour l'instant, la pose de fers se profile à l'horizon, il faut attendre une quinzaine pour voir comment ça évolue.

 

En attendant, ils ne peuvent quitter le box, l'épais tapis de copeaux leur est indispensable, la marche est proscrite, repos des tendons oblige !

Leur souffrance est apaisée par des anti-inflammatoires puissants.


Je vous avoue que je suis très heureuse de les avoir ici, de les savoir en sécurité et, je pense, avec un avenir un peu plus rose. Certes, ils ne sont pas prêts de goûter à un brin d'herbe, la fourbure est avérée, les phalanges basculées et le régime jockey risque d'être au menu pendant un certain temps, peu importe s'ils maigrissent, l'objectif est d'abord l'amélioration des pieds pour une locomotion quasi normale.

Merci à tous les acteurs de ce sauvetage, ceux qui ont fait l'enquête sur le terrain, ceux qui m'ont renseignée par téléphone, ceux qui participent sur place au refuge, je sais que toute seule je ne pourrai faire autant pour tous les déshérités qui trouvent ici un havre de paix. Merci aussi à vous qui nous aidez financièrement et qui nous faites confiance, vous savez bien que chaque centime est utilisé pour le bien être de nos protégés.

Début juillet, l'amélioration est bien visible. Bien que toujours un peu douloureux, leurs pieds vont beaucoup mieux, ils se déplacent presque correctement et sont beaucoup moins couchés. Les maréchaux ferrants sont d'ailleurs revenus les voir et ils sont très satisfaits de l'amélioration ! Nous avons arrêté le traitement d'anti-inflammatoire pour passer à l'Equisouple, uniquement à base de plante ; leur rétablissement complet demandera encore du temps mais nous sommes tout à fait confiants !

D'ailleurs, nous avons pu pour la première fois leur offrir une petite heure au soleil ! Nos loulous avaient le moral au beau fixe, ravis de pouvoir brouter quelques brins d'herbes !

 

A ce jour, en mai 2013, nos petits loups sont en forme. Les hivers sont pour eux très difficiles, nous les gardons en box durant cette saison afin de leur épargner la boue, avec seulement quelques heures de sorties durant les belles journées.

Avec leur épais poil d'hiver, nos deux poneys ressemblent à de gros nounours !

 

Le retour du printemps est toujours très agréable, de nouveau ils peuvent gambader dans leur parc et profiter de quelques brins d'herbe. Souffrant toujours de fourbure, nous devrons néanmoins surveilleur leur alimentation à vie. En effet, une alimentation trop riche peut provoquer des crises très douloureuses.

Près de 2 ans après leur arrivée au refuge, leur locomotion n'est jamais vraiment redevenue "normale", mais leurs souffrances est moindre et ils se déplacent sans difficulté. Nous les surprenons même parfois à quelques foulées de galop !

Etoile est une ponette de caractère, un brin polissonne et très intéressée par la gente masculine ! Ce qui fait d'elle une vilaine fugueuse ; elle respecte difficilement les clotûres, même électriques ! Elle n'en est pas moins attachante, très mignonne et câline.

Ouragan quant à lui, est un véritable petit monstre ! La moindre manipulation (maréchalerie, piqures, soins...etc) se transforme rapidement en bagarre avec lui et malgré sa petite taille, il est très costaud ! Mais comment lui en vouloir, il a tant souffert... Il sait néanmoins se montrer gentil ; sa bouille de nounours nous fait toujours craqué !

 

 

 

L'histoire d'Etoile et Ouragan vous a touché ? Vous pouvez alors les parrainer (20 €/mois) ou simplement faire un don en leur faveur. L'argent récolté sera utile pour les soins des pieds de nos deux poneys (maréchalerie fréquente, éventuelle ferrure orthopédique, radio...) ainsi que pour les cures d'anti-inflammatoire nécessaires pour les soulager dans les "mauvais jours".

Pour cela, envoyer un courrier à l'Association en précisant votre demande. Pour un parrainage, nous vous enverrons un contrat à signer ainsi que des photos de votre filleul.

D'AVANCE, UN GRAND MERCI POUR EUX !!!

ASSOCIATION C.H.E.V.A.L

Domaine du Valat de Ramel

Route de Servas

30340 SALINDRES