Safran

 

 

Depuis le temps que nous connaissons les Haras Nationaux, nous avons fini par comprendre que les chevaux qui y étaient hébergés avaient forcément une utilité, soit pour saillir, soit pour travailler selon leur spécificité.
Dans la mesure où ils ne sont plus opérationnels, leur avenir pourrait bien s'assombrir et quelquefois même, devenir bien noir !
C'est la raison pour laquelle depuis quelques années nous avons racheté quelques-uns d'entre eux pour essayer de leur assurer une retraite bien méritée ; il y a eu Loukoum boiteux, Tarzan-Janno avec une artérite et une tumeur sous la gorge, Gigolo avec une hanche coulée, Jasmin avec un crapaud à l'antérieur (très récidivant!) et Justin qui lui était en bonne santé mais n'avait pas été dressé et en plus n'était plus en mesure de saillir.

Dernièrement, Safran et Yegua, stationnés à Uzès, devenaient un peu encombrants. Yegua, une adorable jument mi-lourde, ayant terminé son contrat et Safran refusant de se soumettre à l'attelage, job auquel il était destiné, voilà pourquoi notre vétérinaire préférée commençait à s'en inquiéter. Dans la foulée, elle s'est faite leur avocat et nous a demandé de les prendre au refuge, l'un et l'autre.

C'est toujours avec un brin de culpabilité que nous accueillons des animaux en bon état, c'est vrai que nous n'avons pas l'impression de faire un sauvetage, et pourtant...
Et puis, il y a aussi le fait de savoir que beaucoup de chevaux sont à sauver, certains sont en grande souffrance, mais comment ne pas accepter ces deux là qui sont tout près du refuge et dont l'avenir est plus qu'incertain ? C'est difficile de prendre les décisions mais il faut dire aussi que refuser quelque chose à notre véto, c'est aussi très compliquée car c'est d'abord elle qui nous rend des services et qui, à sa façon, nous aide beaucoup.

Donc, résultat des courses, Yegua et Safran sont arrivés un beau matin du 14 mai 2013 et depuis, coulent des jours tranquilles au refuge. Nous vous parlerons de Yegua prochainement.

Pour ce qui est de notre Safran, il s'agit d'un cheval de race Trait Mulassier, hongre, né le 19 juin 2006. Destiné à l'attelage, il a été débourré pour cette discipline mais il a montré de grandes difficultés à comprendre ce que l'on voulait de lui et devenait incontrolable ; de ce fait, les Haras n'en voulaient plus.

 

Sa taille et sa stature le rendent très impressionnant mais sa bouille fait de lui un gros bébé tellement attachant ! Attachant oui, mais très costaud !

 

Depuis qu'il est au refuge, notre beau Safran ne nous a pas posé de problèmes particuliers. Il peut se montrer délicat à manipuler du fait de sa force et du manque de travail, ce qui le rend un peu capricieux mais jamais il ne nous a montré une once de méchanceté ! En longe, monsieur voudrait faire ce qu'il veut, brouter là où il veut et rentrer dans son parc quand il veut !! Mais avec du savoir faire, de la patience et un minimum d'autorité, il se montre très réceptif et bon élève !

Il a normalement été débourré à la monte mais nous n'en sommes pas sûrs ; de ce fait un travail sera à recommencer pour quiconque voudrait chevaucher notre titan ! Si nous nous sommes déjà permis de lui sauter sur le dos à cru (il s'est révélé adorable, comme la plupart des chevaux de trait !), au refuge il n'a jamais été sellé ni bridé.

Très sensible, Safran a besoin de temps et de douceur pour assimiler les demandes.

 

A ce jour, Safran a toujours été seul dans son parc car les Haras nous l'ont décrit comme "très dominant avec ses congénères". Nous n'avons donc jamais osé lui présenté un copain ou une copine car avec des chevaux d'une tonne, difficile de faire "des essais" au risque qu'il y ai des blessés et nous n'avons pas beaucoup de chevaux de trait au refuge avec qui il pourrait s'entendre...

En revanche, il s'est toujours montré très sympa voire même très attachant avec ses voisins de parc.

 

Safran avec Urielle, notre jument trait bretonne, bisou à travers la clotûre.

Nous avons longtemps hésité à les mettre ensemble mais Urielle a finalement été installée avec une autre jument de trait.

 

Safran est un cheval très proche de l'homme, il aime que l'on s'occupe de lui et il est prêt à apprendre à condition de s'y prendre correctement et de lui montrer qu'il n'est pas le chef ! Curieux, quelque peu envahissant, il est en constante recherche de contact. Dès que nous rentrons dans son parc, il nous suit comme notre ombre et devient parfois un peu trop collant ! Impossible de ramasser les crottins ou de nettoyer l'abreuvoir sans qu'il mette son nez partout ! Très attachant, il est impossible de lui résister !

Du fait de son poids, Safran doit être ferré aux antérieurs pour éviter que ses sabots se fendent. Si les débuts en maréchalerie ont été très compliqués, il a aujourd'hui fait beaucoup de progrès et se montre plus coopératif et patient. Il reste néanmoins du travail !

 

Safran fêtera bientôt ses 9 ans et nous pensons qu'il est grand temps pour lui de trouver une nouvelle famille afin que l'on puisse s'occuper de lui quotidiennement. Il n'attend que ça !!! Il n'y a aucun doute, notre titan deviendra une excellente monture pour le loisir et peut-être qu'en repartant à zéro, et avec beaucoup de patience et de compétences, il pourrait à nouveau être attelé.

C'est pourquoi nous le proposons à l'adoption, tout en sachant que nous serons très précis sur les conditions d'adoption ; en effet un cheval de trait n'est pas tout à fait un cheval "comme les autres". Il a besoin de d'avantage de terrain, de clotûres sérieuses et bien évidemment, il faut avoir conscience qu'un cheval de trait a besoin de grosses quantités de nourriture !! Il est également important de s'assurer les services d'un maréchal-ferrant compétent (certains refusent de s'occuper des chevaux de trait !) ; les soins portés aux sabots sont primordiaux pour les chevaux "lourds", car paradoxalement plus fragiles !

 

Alors si vous habitez dans un rayon de 70 km environ autour du refuge, que vous êtes propriétaire d'un grand terrain à côté de la maison, avec un autre équidé, et que vous avez l'habitude des chevaux de trait, n'hésitez pas à nous contacter pour discuter de l'adoption de notre SAFRAN !

 

L'histoire de Safran vous a touché ? Vous pouvez alors le parrainer (20 €/mois) ou simplement faire un don en sa faveur. Pour cela, envoyer un courrier à l'Association en précisant votre demande. Pour un parrainage, nous vous enverrons un contrat à signer ainsi que des photos de votre filleul.

D'avance, un grand merci pour lui !

ASSOCIATION C.H.E.V.A.L

Domaine du Valat de Ramel

Route de Servas

30340 SALINDRES