Logo

Nouvelles du jour ! - Août 2013

[ Janvier ] - [ Février ] - [ Mars ] - [ Avril ] - [ Mai ] - [ Juin ] - [ Juillet ] - [ Août ]

PARTENAIRE de

Bonne visite !

 

15 aout 2013

Le temps passe, passe... et rien ne se passe !!! La mise à jour du site reste désespérement inexistante, mais une fois encore nous faisons appel à votre indulgence ! Inutile de s'étendre d'avantage, je vous laisse à la lecture de nos nouvelles, qui ne sont malheureusement pas très réjouissantes ce mois-ci. Des sauvetages et des nouveaux arrivants, ça c'est super ! Mais aussi des pertes difficiles... Le quotidien du refuge n'est pas toujours facile mais dans le monde de la protection animale, les peines font aussi parties du "jeu"...

Journée Porte-Ouverte le 1er septembre !

Vous pouvez d'ors-et-déjà noter cette date dans vos agendas, comme le rendez-vous à ne pas manquer ! En effet, comme chaque année, nous organisons notre grande journée Portes-Ouvertes au refuge. Le programme n'est pas encore précisément établi, mais vous retrouvera bien sûr les stands habituels : brocante, tombola, stand de protection animale, promenade en calèche, promenade à poney pour les enfants..., ainsi que notre grande buvette, les frites, sandwiches, cakes et tartes salées, et bien sûr le coin sucré, avec crêpes et gâteaux pour les gourmands ! Toute la journée sera animée par le duo BACCARA, un couple de chanteur talentueux et très sympas. Pour la 3ème année consécutive, Jean-Pierre et Carnie nous offrent de leur temps, et ce bénévolement, alors cette année encore nous les remercions très sincèrement !

On croise très fort les doigts pour que le soleil soit avec nous pour cette journée !

Venez nombreux, c'est une journée super sympa !

Bienvenu Calim, petit âne malheureux...

En ce début de mois de juillet, nous accueillions au refuge un pauvre petit âne. Âgé d'à peine 9 mois, ce dernier appartenait à des gens du voyage qui font reproduire leurs ânes chaque année. Le petit ânon a été acheté par une famille aimant les aimaux mais ne sachant pas forcément s'en occuper. Squelettique à son arrivée chez eux, ces gens l'ont nourris comme le leur ont conseillé des amis ; il a été vermifugé et soigné du mieux qu'ils le pouvaient. Mais au bout de 3 semaines, ils étaient bien conscients que ce petit ânon chétif, maigre et pouilleux, mais surtout très timide envers l'homme, ne convenait pas du tout à ce pourquoi il le destinait, à savoir devenir un compagnon pour leurs enfants. Ils nous ont donc contacté et nous avons accepté de prendre en charge le malheureux.

Jusqu'alors, il était baptisé "l'âne" ! Il a donc fallut lui trouver un nouveau nom. Nous trouvions que "Caliméro" allait à merveille à ce petit malheureux mais, un peu long, nous avons finalement opté pour CALIM.

S'il avait repris plusieurs kilos, Calim était encore très maigre et abattu. Mais c'est surtout les poux dont il était couvert qu'il fallait traiter au plus vite. En effet, ces parasites provoquent des démangeaisons telles que, dans les cas extrêmes, l'animal ne profite pas de la nourriture qu'il ingère, il maigrit et déperrit rapidement. En se grattant vigoureusement contre tout ce qu'il trouvait, Calim s'était arraché des poils par plaques et son duvet de bébé, normalement si doux, faisait peine à voir !

Couverts de poux et de marques de grattage, blessés aux jarrets, le pauvre Calim n'est pas en bon état..

 

Au bout d'une semaine, et de deux traitements puissants, tout allait déjà mieux pour le petit Calim. Son vilain poil commence à tomber pour laisser place à un duvet tout doux ! Le petit monstre nous a rapidement montré qu'il possède un caractère bien trempé ! En tant qu'âne qui se respecte, Calim est têtu et il a besoin d'une bonne éducation. En effet, sa crainte de l'homme le rend un brin agressif, et lors des soins et des pansages, il faut se méfier de ses coups de pieds, il a les postérieurs très lestes !!! Mais ce petit monstre est trop craquant et nous l'amadouons chaque jour d'avantage, il sera bientôt un amour de petit âne ! Il a très vite compris le fonctionnement du refuge, et à l'heure de la distribution de nourriture, il est le premier à se manifester bruyamment ! Il dévore ses rations de foin et de céréales adaptées à son âge (idéale pour la croissance et le développement général ).

Il vit actuellement en box, et nous le sortons plusieurs heures par jour dans un parc de détente. Dès que les poux ne seront définitivement qu'un mauvais souvenir, et qu'il sera devenu tout rond et en pleine forme, Calim pourra rejoindre des copains ânes dans un grand parc !

Calim profite de plusieurs heures de liberté durant la journée. Pour le moment il est seul car encore fragile, il risque de se faire un peu trop bousculer par nos jeunes ânes turbulents ! Il a quand même pu faire connaissance avec son voisin Unik, notre jeune comptois quasiment aveugle.

 

Longue vie à toi petit Calim, on t'aime déjà beaucoup ! Lorsque tu seras un grand gaillard en pleine forme, et que nous t'aurons fait castré, nous essayerons sans doute de te trouver une bonne famille d'adoption.

Gigolo, notre titan nous quitte...

En octobre 2006, nous accueillions au refuge trois chevaux de traits, Jasmin, Justin et Gigolo, étalons réformés des Haras Nationaux, tous destinés à la boucherie. Si Jasmin et Justin, une fois castrés, n'ont posé aucun souci et sont encore à ce jour en pleine forme, il n'en était pas de même pour le pauvre Gigolo.

Cet énorme Ardennais souffrait d'une infection impressionnante due à une fracture de la hanche jamais soignée. Il faut savoir que Gigolo a un passé bien chargé. Attelage, travail dans les champs en tant que cheval de labour, étalon reproducteur aux Haras, avec saillie en liberté (les étalons sont lourdement "abîmés" par les refus et les coups de pied des juments !)... Pour finalement s'en débarrasser lorsqu'il fut trop vieux, en le donnant à des paysans qui ne s'en occupent absolument pas.

Chaque jour, nous aspirions à l'aide d'une énorme seringue un verre complet de pus ! Gigolo se laissait faire docilement ! Une fois sa hanche cicatrisée, il a fallut des semaines de rééducation afin qu'il puisse se déplacer de façon normale malgré la fracture. Gigolo restera boiteux ; ses 900 kg ne l'aidant pas vraiment !

Néanmoins, jusque-là, Gigolo coulait une vie tranquille au refuge, se déplaçant à son rythme. Il a vécu plusieurs années dans un grand parc très herbeux à la belle saison, avec ses collègues Justin et Jasmin, ainsi que Soleil, jeune percheron sauvé de la foire de Maurs à la même période. Nos 4 compères ont bien profités de leur "liberté" et ne nous posaient aucun problème.

En 2009, Gigolo dans l'herbe, rond à souhait et heureux comme un roi !

En 2010 nous avons cependant été obligé de les séparer, Gigolo étant plus fragile que les autres, il avait tendance à maigrir et il lui fallait donc des rations de nourriture plus conséquentes.

C'est donc seul, mais pas plus malheureux, que Gigolo a continué sa petite vie au refuge.

 

Son passé ne lui a sans doute pas laissé de très bons souvenirs car il n'appréciait pas vraiment le contact avec l'homme, on peut le comprendre ! Néanmoins, il était coopérant et relativement patient pour les soins éventuels ou la maréchalerie, comme s'il comprenait que c'était pour son bien. Très gourmand, il était toujours ravi de recevoir des friandises, et il appréciait un bon pansage !

 

Si cela ne l'empêchait pas de vivre, Gigolo boitait au quotidien, été comme hiver.

Du coup, à chaque printemps, nous l'installions dans les parcs les plus verts du refuge, comme pour lui faire oublier sa gêne, et lui redonner le moral !

Il se régalait, notre grand gourmand !

Mais depuis cette fin d'hiver 2013, nous avons constaté que l'état général de Gigolo empirait chaque jour. Sa boiterie était bien plus sérieuse, notre titan se déplaçait avec de grandes difficultés. S'il mangeait toujours avec beaucoup d'appétit, nous le voyions maigrir quasiment à vue d'oeil. Quelques fois, ne sachant plus comment se tenir sur sa hanche douloureuse, Gigolo perdait l'équilibre et tombait lourdement sur le sol. S'il se relevait toujours sans trop de problèmes, c'était à chaque fois beaucoup de souffrances et de panique pour lui.

Gigolo en fin d'hiver 2013. S'il est encore bien rond, il est facile de voir la position anormale de son postérieur, dûe à la souffrance dans sa hanche.

 

Après une visite de notre vétérinaire, nous avons tenté un lourd traitement anti-inflammatoire afin de le soulager et d'améliorer sa démarche. Mais rien n'y faisait, Gigolo continuait à maigrir, à boiter, et à tomber. Ce n'était plus supportable, pour lui comme pour nous. Il nous a donc fallu prendre une décision pour ce cheval, ce titan au grand coeur que nous aimions tous beaucoup. Cette décision ne fut vraiment pas facile à prendre, Gigolo était encore jeune (18 ans) et nous aurions aimé pouvoir lui offrir plus de temps. Mais sa pathologie et sa souffrance au quotidien n'était plus gérable, et représentaient de gros risques pour lui. En effet, ses chutes auraient pu lui provoquer d'autres fractures dans les membres, les côtes...etc ; également, un cheval qui tombe fréquemment peut un jour tomber contre une cloture et se blesser gravement.

Il y a quelques semaines, avec l'approbation de notre vétérinaire qui connaissait bien le cheval, nous disions donc au revoir à notre géant. Son euthanasie fut finalement un soulagement ; désormais il ne souffre plus, et nous sommes très heureux d'avoir pu lui offrir presque 7 ans de plus, lui qui était destiné à la boucherie après avoir été bien utile à l'homme...

Tu nous manqueras, mon Grand Garçon.

 

Phoebus, au revoir grand courageux...

C'est une mauvaise période pour nous, puisqu'après Gigolo, c'est Phoebus qui nous pose beaucoup de problèmes et d'inquiétudes. Depuis plus de 4 ans, notre pauvre Phoebus cumule les pathologies graves. Il est atteint d'épilepsie et, malgré un traitement curatif, les crises sont fréquentes et parfois d'une incroyable violence. Si à chaque fois, il faut le dire, la chance étant de notre côté et Phoebus ne s'est jamais blessé gravement, nous ne pouvions continuer comme ça à long terme... Il faut savoir qu'en pleine crise, un cheval épileptique est complètement incontrolable et dangereux. En box, il se jette contre les murs ; en parc, il se déplace violemment, tombe, se relève, retombe... et risque de s'empaller sur une clotûre...

Comme si cela ne suffisait pas, en plus de l'épilepsie, Phoebus a développé depuis quelques mois une forme de narcolepsie (c'est-à-dire qu'il s'endort n'importe où, n'importe comment !), ce qui ajoute un risque pour lui de se blesser. Sans oublier à la triste liste le fait que Phoebus est borgne de son oeil droit, et sa vue est faible à gauche. Malgré tout cela, et avec un mode de vie surveillé et adapté (aucun changement dans ses habitudes, toujours le même parc, le même box...Etc), Phoebus passait une vie la plus confortable possible et cela semblait lui convenir.

Les gratouilles sur le garrot, c'était le vrai bonheur de Phoebus !!!

 

Depuis quasiment 1 an, nous étions conscient que ce cheval de 37 ans arrivait malheureusement au bout de sa vie, et nous réfléchissions très sérieusement à la décision de l'endormir. Décision que nous ne parvenions pas à prendre car, en dehors des crises, Phoebus semblait en forme, jusqu'au bout il est resté bien rond avec un appétit d'enfer et son moral restait au plus haut ! C'est un cheval vraiment surprenant, un vrai guerrier !

Mi-juillet dernier, nous avons néanmoins été contraint d'appeler notre vétérinaire, qui connait bien le cas de Phoebus pour le suivre depuis des années, car notre brave garçon présentait encore une nouvelle pathologie... Un matin, en sortant du box, nous constatons que Phoebus ne marche plus droit, son arrière-main est complètement désaxé par rapport au corps et le cheval menace de s'écrouler à chaque instant. Très agité, nous le laissons en box où il tourne en rond sans relâche, perd l'équilibre, se reprend, et reprend sa ronde incessante.

Le diagnostic est sans appel ; Phoebus a fait un AVC. Dès le lendemain, nous disions Au Revoir à notre grand courageux, la vie était devenue trop compliquée pour lui.

On peut vraiment dire que nous l'avons porté à bout de bras, pour lui offrir le maximum. Phoebus a fini ses jours au refuge, mais jusqu'à en 2008 il vivait chez son propriétaire avec son poney-copain Roméo ! Tous les deux sont des chanceux car ils ont plutôt eux la belle vie, et on toujours fait ce que bon leur semblait ! Pour en savoir plus sur l'histoire et la vie de notre Phoebus, je vous propose de (re)lire sa page ICI.

 

Tu as été un exemple de courage et de rage de vivre, mon beau Phoebus. On pense toujours à toi.

Dernières photos de notre champion.

A 37 ans, et malgré tous ses problèmes de santé, il était encore incroyablement beau !

 

Nous tenons à vous rappeler que le refuge C.H.E.V.A.L. héberge toute l'année un cheptel de 155 équidés en moyenne. La plupart ont un lourd passé de souffrances et de maltraitances qui peuvent laisser des séquelles physiques et/ou psychologiques. Les pathologies réunies au refuge, et la moyenne d'âge que nous atteignons expliquent les pertes régulières de nos pensionnaires. Dans chaque cas, tout est tentés pour eux, avec néanmoins des limites, (nous ne sommes pas pour l'acharnement thérapeutique), afin de leur offrir le maximum de temps dans le plus grand confort, sans souffrances intolérables, sans danger pour eux comme pour nous, et dans le respect de la vie. La décision finale est la dernière preuve d'amour que nous pouvons offrir à un animal ; cette décision est toujours prise avec l'accord de notre vétérinaire qui est le seul à avoir le droit de pratiquer l'euthanasie, et qui connait très bien notre cheptel et nos chevaux en bout de course...

Le poney Snoopy rejoint le refuge !

Snoopy, c'est un adorable petit monstre qui nous donne bien du fil à retordre !

Il y a quelques mois, nous avons été contactés par les voisins des propriétaires de ce poney ; ces derniers nous expliquant qu'il fallait trouver au plus vite une solution pour ce poney dont personne ne s'occupait vraiment. Depuis son plus jeune âge (il a maintenant 17 ans), il vit tout seul sur un bout de terrain, sans aucun contact avec d'autres congénères, et ne recevant comme soin que le strict nécessaire (nourriture et eau, mais aucune affection ni présence).

Les propriétaires souhaitant vendre le terrain, le poney devenait gênant, et c'est donc une voisine qui s'est émue de son sort, inquiète qu'il soit donné au premier venu. A 17 ans, Snoopy était encore entier ; nous avons donc demandé à ce qu'il soit castré, soigné, et qu'ensuite on l'accueillerait au refuge. Ce fut chose faite ! Opéré il y a deux mois, Snoopy a rejoint le refuge en ce début de mois d'août.

Snoopy a beau être haut comme trois pommes, il a un sacré caractère !!! N'ayant pas encore pris conscience de sa castration, il est très "chaud" !, obsédé par les juments et violent avec les mâles. Nous avons fait l'essai de le présenter à Tipiak et Pirlouit, nos deux autres mini-poneys, ex-entier également, mais bien plus calmes !! Snoopy s'est montré très bagarreur, d'une aggressivité surprenante. Nous préférons donc pour le moment le garder tout seul dans un parc, le temps qu'il se calme ( à son âge, il faut près de 6 mois après la castration pour qu'un changement de comportement se remarque !).

Infatigable, Snoopy passe son temps à galoper dans tous les sens, énervé par la présence de ses congénères, qu'il n'a jamais cotoyé ! Nous sommes d'ailleurs obligé de le rentrer en box durant la journée, sans quoi il s'épuiserait et pourrait se provoquer des "coups de chaud", en ces temps de canicule ! En box, l'affaire n'est pas réglée puisqu'il n'hésite pas à se jeter contre la porte, tentant par tous les moyens de pouvoir sortir ! Une terreur, ce petit poney !! Dans son intérêt comme dans le notre, nous espérons que tout cela s'apaisera au plus vite !!! Heureusement qu'il a une super bouille, on craque malgré tout !

 

Nous en profitons pour vous rappeler d'une part que les chevaux (poneys et ânes également) sont des animaux grégaires qui ont BESOIN de la présence d'au moins un congénère. Leur imposer la solitude pendant de longues années peut quasiment être considéré comme une forme de maltraitance, puisque cela entraine un ennui allant jusqu'à une souffrance psychologique... D'autre part, garder les mâles entiers n'est pas leur rendre service, au vu des problèmes de comportements que beaucoup développent par la suite. Snoopy en est le parfait exemple !

 

Capucine part pour une nouvelle vie !!!

Capucine est une guenon Magot âgée de 7 ans. Elle a été confiée au refuge par les Services Vétérinaires alors qu'elle n'avait pas 1 an, après avoir été confisquée à des particuliers qui l'avait ramené du Maroc ( c'est parfaitement illégal !!!)

 

Depuis plusieurs années, nous cherchons le moyen de placer nos deux guenons, Capucine et Didi, dans un centre spécialisé dans les primates, afin qu'elle puisse bénéficier d'un mode de vie adapté à leurs besoins. Mais étant donné que leur vie au refuge n'était pas en danger et que leur trouver une place dans un centre ne représentait pas un réel sauvetage, elles n'étaient pas prioritaires sur les listes d'attente des structures visées.

L'une comme l'autre vivaient au refuge depuis plusieurs années, et si nous faisions le maximum pour leur offrir une vie correcte, une vie en cage n'a rien d'idéal pour un animal, sauvage qui plus est.

Début juillet, nous perdions de façon inattendu Didi, alors qu'elle entrait dans sa vingtième année (l'espérance de vie d'un magot est d'environ 25 ans). En quelques jours à peine, nous avons vu son état de santé s'aggraver à vu d'oeil, sans que l'on puisse expliquer la raison. Refusant toute nourriture et eau, Didi déperrissait. Très aggressive depuis toujours, nous ne pouvions pas du tout la manipuler. En 2 jours, elle a basculé dans un forme de coma, non réactive au monde extérieur. Nous avons pris la décision de l'endormir tranquillement. Par la suite, un examen vétérinaire exposera une mort naturelle... Nous pensons à toi, petite Didi. Si seulement personne ne t'avait ramener de ton Maroc d'origine, tu aurais mieux vécu...

La mort de Didi a précipité nos recherches pour placer Capucine, il était impensable de la laisser toute seule. Et enfin, grâce à la collaboration de "30 millions d'Amis", une bonne nouvelle nous est arrivée !! C'est donc le 8 août que deux transporteurs professionnels sont venus au refuge pour emmener notre guenon vers sa nouvelle vie.

Après une approche en douceur et en respect envers l'animal, Capucine a été capturée et transférée dans une cage de transport très confortable !

 

La capture au filet peu sembler "violente" ou impressionnante, mais rassurez-vous il n'en est rien. Il ne faut pas oublier que derrière ses airs de peluche toute douce, et bien qu'elle ne soit pas particulièrement agressive, Capucine est un animal sauvage qui n'est absolument pas manipulée. Avec leurs dents ou leurs griffes, les Magots peuvent provoquer de graves blessures !

Calme, Capucine semble se demander ce qui va lui arriver, sans montrer le moindre signe de panique !

Nous sommes ravis que cette manipulation ait pu être faite sans être contraint de l'endormir (notre vétérinaire était présente, au cas où !) ce qui aurait provoquer un grand stress pour elle.

Et c'est parti pour un grand voyage vers... la Hollande !!! Pourquoi si loin, nous direz vous ? Car il y a là-bas un sanctuaire formidable pour les primates et autres animaux sauvages, la fondation AAP. Si le long trajet nous inquiètait beaucoup, tout s'est bien passé et Capucine est arrivée à bon port, en pleine forme. La chance était avec nous car la journée de transport s'est déroulée sous la pluie, et la température avait du coup bien diminué !

Nous avons déjà reçu de ses nouvelles, qui sont très bonnes. Elle est actuellement en quarantaine afin qu'elle s'acclimate tranquillement à son nouvel environnement. Par la suite, elle sera réintégrée à un groupe de magots. Nous lui souhaitons que du bonheur avec des congénères, et un grand parc arboré !

Une parenthèse romantique !

Bien que ce ne soit pas un acte de protection animale en tant que tel, je ne peux m'empêcher de vous parler de mon mini voyage du mois de juillet dans le beau département de la Savoie.
Certains d'entre-vous se souviennent certainement de notre petite Marilyne que nous avions accueillie dès l'âge de 15 ans pour un stage programmé par son école d'agriculture.
Notre petite lycéenne avait connu le refuge par le site et, pas du tout impressionnée par la distance qui nous séparait, avait décidé que son stage se passerait chez nous et nulle part ailleurs, avec mon accord, bien sûr !
C'était le départ d'une longue histoire d'amitié, de complicité et de passion qui s'est prolongée pas moins de 4 ans entre stages, bénévolat et 2 ans de salariée.
Marilyne a été une collaboratrice formidable, elle répondait toujours présente, jour et nuit, dans les cas les plus difficiles et nous nous sommes mutuellement très appréciées. Pas d'ombres au tableau ni  désaccord, si nos avis divergeaient nous trouvions très vite un terrain d'entente et ce fut un pur bonheur de travailler ensemble.

Quel déchirement lorsqu'elle décidait de faire sa vie comme la plupart des jeunes-filles et de rentrer chez elle retrouver l'élu de son cœur ! Elle nous a quittés en emmenant des souvenirs vivants tels que Tiroux, petit chaton mourant qu'elle avait sauvé et Bruce magnifique cane corso qui vivent heureux en Savoie.

BRUCE TIROUX, 15 jours après son sauvetage.

 

Les années ont passé, nous avons toujours garder le contact et Marilyne n'a jamais loupé une « porte ouverte » du refuge, visites qui m'ont permise de connaître l'heureux et sympathique fiancé !

Notre relation avait été si forte que notre petite Marie n'a pu se marier sans nous et a demandé, à ma fille Charlotte et moi-même d'être ses témoins de mariage. Nous avons été très touchées et heureuses de ce choix et c'est avec joie que nous avons accepté.

Maryline, radieuse, et Romain, son cher et tendre !

 

Notre court séjour nous a beaucoup plu, le mariage était émouvant et parfaitement réussi, le bonheur de nos tourtereaux nous a ravis, nous les félicitons et leurs souhaitons le plus long des bonheurs !

C'est bien sûr grâce à Camille et l'équipe en qui je mets ma confiance, que j'ai pu m'échapper ces 3 jours et prouver que les relations « patron-salarié » peuvent être autre chose que des rapports de force, même quand les caractères sont forts !

Sur ces belles paroles, nous avons un peu rattrapé notre retard dans les nouvelles ! Nous serons normalement très vite de retour, pour de meilleures nouvelles ! (des abris en construction, des adoptions prévues, des sauvetages...Etc)

A très bientôt !