• Paula

Passage au tribunal pour l'ânesse Pâquerette

Mis à jour : 10 déc. 2018

Le Jeudi 8 Novembre 2018



Bonjour les amis, je sais que vous attendiez tous les résultats de l'audience au tribunal du jeudi 8 novembre, concernant cette pauvre Pâquerette morte il y a un an jour pour jour. Bien sûr, nous avons gagné et je remercie mon avocat Maitre Massal pour son travail délicat mais abouti.

Pour moi, ce fut un calvaire d'entendre, aussi bien le prévenu que son avocat dans leurs diatribes respectives à mon égard, j'ai eu beaucoup de mal à me contenir et j'avoue, une sérieuse envie de vomir !

J'ai en effet tout entendu, même le pire !

"C'est moi qui ai tuée Pâquerette, elle était en parfaite santé quand elle a quitté sa ferme, tout ce que j'ai pu dire est un tissus de mensonges !"

Mais personne n'a mis en évidence les certificats vétérinaires et radios diagnostiquant une ostéomyélite d'un pied qui mangeait peu à peu les phalanges.

Lorsque la présidente lui a reproché les cadavres de cabris, sans équarrissage, il a répondu que c'était normal, que chaque fois qu'un cabri présentait un souci à la naissance, il lui mettait un coup de masse sur la tête et donnait le corps aux chiens. Ceci est tout à fait vrai, les chiens mangeaient des cabris entiers lorsque nous sommes arrivés !

D'ailleurs presque tous les agriculteurs ont à peu près la même démarche, malheureusement. Son avocat s'est permis de dire que c'est la méthode écologique, avec un recyclage naturel sans aucune perte, il faut quand même s'accrocher pour entendre ça !

L'important c'est de dire que nous étions convoqués au tribunal de police, comme pour une simple affaire de vol à l'étalage et quemon avocat et moi demandions la requalification des faits en actes de cruauté et non une simple petite maltraitance. Ce n'était pas gagné, mais mon dossier en béton appuyé par la brillante plaidoirie de mon avocat ont fait que le ministère public est allé dans notre sens pour la cruauté et que le tribunal a suivi. Nous avons donc gagné, je dirai "sans panache et sans gloire" puisque la peine infligée est absolument ridicule par rapport au martyre de cette pauvre ânesse pendant 10 ans.

Une amende de 800 €, des dommages et intérêts pour nous qu'il ne payera jamais, l'interdiction de posséder des équidés. En fait, très peu de chose, il s'en fout royalement !

Bien triste cette société où la vie des animaux n'a aucune valeur, où leurs souffrances sont occultées au nom du profit.

Pâquerette, tu resteras gravée dans notre mémoire, impossible de t'oublier, crois-moi.



Triste rappel de l'histoire en image :



Ses talons lorsque nous l'avions récupérée





Des vidéos sont disponibles sur le post FaceBook ICI








0 vue