L'association C.H.E.V.A.L est un des plus grands refuges d'équidés d'Europe avec environ 240 hébergés.

Sans oublier beaucoup d'autres espèces animales, chiens, chats, animaux de basse-court...

 

Paula Loïs, son mari Jean-Claude, leur famille et leur équipe d'employés et bénévoles font tourner cette énorme machine au quotidien. Cela aussi grâce à l'aide financière des fidèles et généreux donateurs, adhérents et parrains/ marraines, à l'aide ponctuelle de quelques grandes fondations et aux évènements comme la journée des portes ouvertes.

Aidez-nous à les aider en soutenant le refuge :

HISTORIQUE

Mars 1992

L'association C.H.E.V.A.L a été fondée en mars 1992 par Mme Paula LOIS, au Domaine du Marican à Saint-Jean-de-Valériscle dans le Gard. 

Depuis son enfance, Paula a toujours été sensible aux souffrances des chevaux (et des autres animaux) et essayait, à titre individuel, de leur venir en aide. Mais dans cette région du midi de la France où les chevaux sont nombreux et les conditions d'élevage loin d'être idéales (pas d'herbe sur des sols pauvres et secs), les cas de chevaux manquant gravement de soins sont trop nombreux. Les finances de Paula ne suffisant plus, l'Association C.H.E.V.A.L est née. La famille LOIS habite alors le domaine du Marican, au coeur d'une ancienne vallée minière cévenole, dans des caravanes et mobil-homes.

HISTORIQUE

1998

Et le nombre de pensionnaires a rapidement augmenté : chevaux ainsi que ânes, poneys, daims, cochons... tous sauvés de situations plus difficiles les unes que les autres, certains placés là par la SPA ou la justice. Le travail fait par l'association est reconnu et plusieurs articles lui sont consacré dans le journal régional (Midi Libre), l'émission télévisée "30 Millions d'amis" lui consacre un reportage, et plus tard, ce sera "Le Magazine du Cheval".

Alors le domaine du Marican est devenu trop petit et le travail trop difficile (les Cévennes, c'est pas plat!). Et voilà tout ce "petit monde" qui déménage pour le Domaine du Valat de Ramel, toujours dans la région d'Alès, mais sur un terrain où le travail est plus facile et les parcs plus vastes (70 hectares). Le domaine est nu, un énorme travail est fait pour le rendre habitable, tant pour les personnes que pour les animaux.

L'aménagement s'est poursuivit pendant de nombreuses années et encore aujourd'hui demande beaucoup d'entretien. Le nombre de pensionnaires augmente, bien que Paula s'oblige à refuser des chevaux.


Depuis l'ouverture des ses portes et au fil des années, ce sont près de 1000 équidés (chevaux, poneys, ânes) qui ont été rescapés et accueillis ainsi que des centaines d'autres animaux (chiens, chats, chèvres, daims, vaches, moutons, cochons, oiseaux de basse-court, et la liste est incomplète !).

 

Les nouveaux accueils sont réservés aux cas les plus difficiles d'animaux en grande souffrance, et l'association essaie de faire adopter des animaux, ce qui n'est pas facile, car peu de personnes souhaitent avoir un cheval qui ne peut plus être monté.

AUJOURD'HUI

2018

Des images valent mieux qu'un long discours !